Aimeriez-vous trouver un autre site de trekking au Népal d’où vous pouvez voir 4 des 5 plus hautes montagnes du monde (y compris l’Everest) à distance de marche ?

Et l’idée de le faire sans touristes en vue, chez des familles locales et sans payer des billets coûteux pour les parcs nationaux ?

Trekking alternatif à Sandakpur

Eh bien, si la réponse à ces 2 questions est un « oui, je veux » retentissant, je pense que j’ai quelque chose pour vous : le trekking Sandakpur, accessible depuis le Népal, depuis la région d’Ilam. Sandakpur est une colline de 3600m de haut (et je veux dire colline au sens népalais, où pour être une montagne il faut être au moins 5000m de haut) située juste à la frontière orientale du Népal avec l’Inde. La moitié du sommet est consacrée au népalais, l’autre moitié à l’Inde et ce sommet est donc accessible depuis les deux pays.

Sandakpur est privilégié comme trekking alternatif au Népal pour les raisons suivantes :

1. C’est la plus haute colline de toute la région à l’exception de l’Himalaya, ce qui signifie que la vue est dégagée à 100% et qu’elle est même fréquente une mer de nuages à vos pieds avec l’Himalaya à l’arrière-plan.
Il permet d’avoir une vue sur l’Everest (8848m) et 3 autres ochomiles (Kanchenjunga – 8586m, Lhotse – 8516m et Makalu – 8463m) dans un court trekking de difficulté moyenne.
En montant du côté népalais, personne ne le sait, parce que je l’ai inventé avec la population locale, ce qui signifie que vous n’allez pas croiser un seul visage blanc en cours de route, seulement la population locale, qui donne beaucoup d’authenticité à la région.

Trekking à distance dans la région du thé, Ilam

Étant donné l’éloignement de ce trekking alternatif à Sandakpur, le transport pour se rendre dans la région est peut-être le principal inconvénient de la question, car le point de départ, Fikkal, est à environ 14 heures de bus de Katmandou, pour un voyage de nuit qui laisse beaucoup à désirer. Heureusement, une fois à Fikkal, vous pouvez loger dans une famille locale qui a des plantations de thé et qui propose un  » séjour à la ferme  » à 10 euros par nuit, petit déjeuner, déjeuner, dîner et beaucoup de thé.

Une proposition alternative de trekking au Népal

Après la détente à Fikkal, il y a de nombreuses options pour faire ce trekking alternatif au Népal à la montagne de Sandakpur d’une manière circulaire, entre 3 et 7 jours, selon vos besoins. Si vous arrivez juste à temps et que vous voulez profiter de la vie locale, je vous recommande l’itinéraire suivant :

Jour 1 : De Fikkal à Maimajhuwa (1600m) : Aller en minibus de Fikkal à Ilam, et là se connecter avec un autre minibus à Byblate, prenant un total d’environ 3 heures. De là, vous pouvez commencer à marcher jusqu’à Maimajhuwa (5h de marche tranquillement) et séjourner dans une famille locale que je peux vous recommander dans une ferme au milieu des montagnes pour 10 Euros par personne, avec tous les repas inclus. En chemin, n’oubliez pas de visiter Maipokhari, un lac sacré bouddhiste d’une beauté unique.

Jour 2 : De Maimajhuwa à Sandakpur (3600m) : La première partie est de 2 heures de marche sur terrain plat et la montée commence, qui peut durer jusqu’à 5 heures. Je recommande de le faire petit à petit, car il y a 2000m de dénivelé et à 3600m il y a ceux qui peuvent avoir des effets du mal d’altitude. Si c’est votre cas, descendez immédiatement et restez dans une maison d’hôtes qui est à 3000, où l’air est moins raréfié. Sinon, au sommet, il y a quelques hôtels où vous pouvez séjourner pour environ 10 euros par personne, sans repas. Il fait froid et la douche est un lavabo d’eau à température ambiante, donc vous-même ?

Le sommet, vous devrez le partager avec quelques touristes occidentaux et quelques riches Indiens qui sont venus en jeeps du côté indien de la frontière, mais le nombre de personnes est très faible par rapport à d’autres trekkings au Népal, vous pourrez donc profiter de beaucoup d’espace pour vous.

Jour 3 : Sandakpur à Inglaa (1500m) : Lever très tôt pour voir le lever du soleil sur l’Himalaya, où l’on peut voir les vues les plus nettes de la plus haute chaîne de montagnes du monde. L’Everest, à votre gauche, le Kanchenjunga au centre, et à droite les sommets de 6 ou 7 mille mètres d’altitude de l’Himalaya indien et même l’Himalaya du Bhoutan. Il descend en milieu de matinée à Inglaa, à 1500m d’altitude, en un voyage d’environ 6 heures au total et séjourne dans une authentique famille locale (ils accueillent un touriste par an, l’année dernière j’étais le seul occidental à les visiter) moyennant 10 Euros par personne, tout compris.

Jour 4 : Inglaa à Nayabazaar (2000m) : Depuis Inglaa vous pouvez choisir une excursion à travers la jungle et en haut d’une colline ou suivre un chemin de terre peu fréquenté vers Nayabazaar, situé au sommet d’une colline à 2000m d’altitude. Je recommande personnellement le voyage à travers la jungle, car il y a la possibilité d’apercevoir du panda rouge et le voyage est visuellement beaucoup plus attrayant. Il s’agit d’une région généralement inhabitée et vous aurez peut-être du mal à vous rendre à Nayabazaar. A Nayabazaar, vous pouvez loger dans une autre très belle famille locale, la caste Sherpa, également pour 10 Euros par nuit tout compris.

Jour 5 : Nayabazaar à Fikkal (1400m) : De Nayabazaar, le sentier longe un chemin de terre au début, puis suit un sentier qui relie les propriétés et les plantations de thé de la région en descendant progressivement de la colline jusqu’au fond, dans la rivière, après environ 1000m. Après avoir traversé la rivière par un pont tibétain, vous devrez remonter environ 400m jusqu’à ce que vous atteigniez votre destination, en fermant le cercle.

Hébergement en famille d’accueil au Népal 100% authentique

Maimajhuwa, Inglaa et Nayabazaar sont de petites villes d’environ 100 à 200 habitants dans un environnement 100% rural, donc si vous voulez étendre ce trekking alternatif au Népal, vous pouvez passer plus de temps dans ces endroits et vous détendre ou rejoindre leurs activités pour découvrir le peuple quotidien du Népal isolé. C’est l’un des rares endroits de la planète que j’ai visité où j’ai pu sentir que la vie se déroule en dehors des influences extérieures et où les étrangers ne sont pas seulement des dollars avec des jambes, mais des invités spéciaux, il vaut donc la peine de vivre avant qu’il soit perverti comme le reste.

Noter cet article