J’ai voyagé à Istanbul en 2013 pour 4 jours. Voici le résumé de mon expérience : mes carnets de voyage, les endroits que j’ai le plus aimé et 12 conseils pratiques pour visiter la ville, au cas où vous envisagez de voyager en Turquie dans un avenir proche. 🙂

Mon voyage à Istanbul : Carnets de voyage

Il avait la dinde dans la tête depuis longtemps. On m’avait parlé de mille merveilles sur le pays et j’étais intrigué. Mon premier arrêt serait Istanbul, l’ancienne Constantinople. Malgré l’embauche d’un voyage organisé, les premiers jours, je les faisais gratuitement et je suis reconnaissant que c’était comme ça pour démanteler les mythes que j’avais dans ma tête.
La première surprise fut dès notre arrivée à l’immense aéroport d’Atarturk. Un trafic moderne et monstrueux à la fois. Il y a des goulots d’étranglement dans toutes les grandes villes, pensai-je (sans être conscient à l’époque de la croissance accélérée de la ville). La deuxième surprise, c’est quand j’ai emprunté ses très longues avenues en direction de l’hôtel : tout cela me rappelait beaucoup plus une capitale européenne que le monde arabe que j’avais connu jusqu’alors à travers le Maroc ou l’Egypte. Et oui, sans éducation de ma part, je pensais trouver quelque chose de très différent. Quand j’ai commencé à remarquer les gens habillés comme moi et le grand mouvement des rues commerçantes était comme à la maison.

Le lendemain matin, je me demandais si la ville était vraiment comme ça ou si ce n’était qu’une première impression. Mon hôtel était au centre (la seule bonne chose) à quelques pas de l’université. J’ai continué à marcher un peu plus et j’entrais déjà involontairement dans le marché aux épices. Des choses plus accrocheuses : je me suis retrouvé dans un marché relativement propre et ordonné, parfait pour prendre des photos touristiques mais en me perdant un peu plus loin, j’ai trouvé des ruelles sinueuses et inclinées et une atmosphère moins familière… A proximité, les plus connus Camii (Mosquées) – les grands personnages de la ville – se sont présentés à moi.

Comme je ne voulais pas rater la vraie vigne d’Istanbul, j’ai décidé de contacter un Couchsurfer. J’avais eu un vieil invité turc mais en parcourant la page, mon attention a été attirée par un garçon galicien, de Coruña, qui vivait là, qu’aurait-il pu perdre en Turquie ? J’ai décidé de le contacter afin d’avoir une vision différente de celle d’un natif. Quique m’a invité à dîner avec lui et quelques amis dans le quartier de Beyoglu, de l’autre côté du Puente de Galata. Il était facile de localiser le site, et après avoir marché le long de la rue commerciale animée d’Istikal, j’ai décidé de prendre le temps en prenant le thé au légendaire Pera Palas. Le dîner était super – avec Meze varié (Tapillas turques)…. et parmi les Espagnols ! Ce soir-là, je me suis vu débattre de la politique, de la situation économique du pays avec beaucoup de gens de mon âge qui avaient décidé d’émigrer en Turquie à la recherche d’un emploi. Beaucoup d’entre eux vivaient déjà à Istanbul depuis une longue saison et semblaient satisfaits de leur décision. La capitale grandit à pas de géant tous les jours, donc là, au moins, il semblait y avoir un avenir… Après une fête impromptue dans une de leurs maisons, j’ai été immédiatement en retard. J’ai dû m’enfuir de là, à mon grand regret, j’avais encore un long chemin à parcourir depuis Istanbul ! Je partais heureux pour l’hôtel après avoir passé une nuit si différente avec eux tous et avoir ri pendant un moment avec les filles qui marchandaient mon taxi….

Le lendemain, j’ai visité la citerne de la Basilique (sur la recommandation de ma sœur) et la vérité est que j’ai été stupéfait de l’endroit.

Il a commencé à serrer la faim. J’ai alors décidé de m’approcher du pont de Galata. J’ai adoré l’ambiance qui y régnait : les gens pêchaient, l’odeur du poisson, les étals de nourriture de rue pleins de monde et surtout les beaux bateaux flottants où ils préparaient le Balik Ekmek (sandwich au maquereau). Jusqu’à ce jour, j’ai encore l’eau à la bouche en vous rappelant… Merci pour la recommandation, Quique !

De retour à l’hôtel, j’ai finalement décidé d’aller au Grand Bazar. Ce qui a le plus retenu mon attention, c’est sa taille, c’est vraiment énorme et labyrinthique mais, à mon avis, c’est devenu trop touristique et ça m’a un peu laissé tomber. Dès la tombée de la nuit, un bazar improvisé s’est rapidement formé à quelques rues de mon hôtel. J’ai commencé à voir combien de personnes ont commencé à étaler des draps sur le sol et à installer leur propre marché… Après quelques tours (ce qui n’est pas si facile à trouver), entre un vieux cimetière et le Vieux Bazar, dans une des rues commerciales les plus modernes de la ville, j’ai trouvé un autre endroit dont ma sœur m’avait parlé : Corlulu Ali Pasa Medresesi, quel authentique lieu !

Le dernier jour, je me suis éloigné du centre et je suis allé à l’église byzantine de San Salvador de Chora. Patricia l’a recommandé dans son livre. Ce n’était pas une grande attraction touristique, alors j’étais intrigué. En fait, je serais agréablement surpris de plusieurs façons : d’abord parce qu’il se trouve dans un quartier complètement différent et très beau avec des maisons en bois colorées ; ensuite parce qu’il a finalement échappé aux foules de guiris, et enfin, parce que c’est vraiment un bijou d’une beauté exceptionnelle. Je pensais que c’était un endroit magique, énergique.

Dès que je suis sorti de là, j’ai rencontré Emre, un gars que j’avais hébergé chez Couchsurfing quelques mois auparavant. Nous marchions tranquillement à travers la ville et, profitant du beau temps, nous avons marché jusqu’au point de vue du Pier Loti. En y allant, sur la recommandation de mon super guide, nous avons décidé d’arrêter « redayunar » quelque chose (et d’essayer des choses étranges que j’aime, comme la Boza et le Sahlep). Puis nous visitons la belle mosquée d’Eyüp. Nous avons décidé de prendre le téléphérique et après avoir pris quelques photos de la célèbre Corne d’Or et de la cafétéria pittoresque, nous sommes descendus sur toute la longueur de l’imposant cimetière d’Eyüp qui est encastré dans le flanc de la montagne.

Un des ferries publics nous a laissés au port et après avoir mangé un sandwich de boulettes de viande dans une échoppe, Emre et moi sommes allés à la mosquée Soleyman et là, grâce à mon Couchsurfer, j’ai découvert un des secrets les mieux gardés par les habitants, une cafétéria avec une terrasse offrant une vue magnifique du Bosphore. Après ce repos bien mérité, puisqu’il nous restait encore un après-midi (et qu’Emre ne lui avait pas rendu visite non plus), nous avons décidé d’aller au palais de Topkapi (une autre des recommandations de Patricia). La vérité, c’est que la plupart des gens m’avaient dit qu’ils avaient été déçus par l’endroit et que la même chose m’était arrivée. Ça n’en aurait pas valu la peine sans les rires que j’ai eus avec mon escorte.