L’Italie du Sud est une autre Italie. Contrairement aux grandes villes du Nord, où tout a une raison d’être, où les horaires, les schémas et les bonnes coutumes sont respectés avec précision horlogère, les régions du Sud sont beaucoup plus austères et en même temps plus authentiques. Pour ceux qui ne connaissent pas la cartographie italienne, (les) Pouilles est toute cette portion de terre qui englobe?le talon de botte ? Il n’a pas la renommée mondiale de la Sicile et de la Calabre, et c’est pourquoi il y a encore de la place pour l’aventure. Dans cette liste, dix des meilleures choses à faire dans le sud de l’Italie, dans les Pouilles :

1- Jump to the sea

Puglia est le sud du sud, la plus grande côte italienne (environ 800 km) et le point où deux mers se rencontrent : la Adriatique et l’ionienne. Avec ce disque, il est impossible de commencer à parler de sa beauté, sans parler des plages. Bien qu’une bonne partie de la côte soit constituée d’un brise-lames (et non de pierres ou de sable), beaucoup d’entre elles fonctionnent comme un spa : pour entrer dans l’eau, il faut oser sauter. Je ne vais pas être courageuse : je me suis beaucoup retournée pour me remonter le moral, mais une fois que je suis arrivée, je n’ai pas voulu sortir. Croyez-moi, la couleur de l’eau surmonte toute peur.

2- Manger du tarallis à tout moment

L’une des choses qui a retenu mon attention est que l’Italie est un petit pays, et pourtant chaque région a son empreinte culturelle et gastronomique. Les Pouilles ne font pas exception, et j’ose dire que tout ici a à voir avec la nourriture. J’ai découvert beaucoup de choses au cours de mes deux semaines dans les Pouilles, mais sans aucun doute le meilleur de tous était le taralli. Roues salées en farine de blé, cuites au four et assaisonnées pour faire ressortir la faim à tout moment. Attention : l’oignon peut devenir une dépendance.

3- Dormir dans un trullo (a quoi ?)

Je n’avais aucune idée de leur existence avant de les voir apparaître de nulle part, au milieu des champs. Au début, j’ai cru que c’était l’extravagance d’un fanatique Schtroumpf, jusqu’à ce que je commence à voir comment ils se multiplient, et je me suis inquiété : soit vous êtes tous fous ici, soit c’est la chose la plus intéressante que j’ai jamais vue de ma vie. Un trullo (trulli, au pluriel), est une construction conique, faite de pierres assemblées, qui pourrait servir d’habitation ou de dépôt pour les grains qui étaient cultivés au 16ème siècle. L’origine n’est pas claire, mais la version populaire dit qu’à l’époque féodale, les gens devaient payer un tribut pour chaque pièce qu’ils avaient à la maison. Le trullo était la solution : quand on a su que l’AFIP médiévale arrivait, les gens ont démantelé leur trullo et les dépenses ont donc été évitées. Une fois les indésirables partis, les pierres étaient de nouveau en place et le trullo était de retour sur ses pieds. Aujourd’hui, les trullos sont un patrimoine culturel, il est donc interdit de les démolir. Tout le long de la vallée de l’Itria peut être trouvé de trullis démoli par le passage du temps à des propriétaires ingénieux qui ont construit leur maison moderne autour du trullo (qui est une incroyable progéniture).

Mais si vous voulez expérimenter le trullo stlye dans son expression maximale ( ?), alors vous devez aller à Alberobello. Cette ville, déclarée Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, possède une vieille ville où l’on compte plus de 1500 trullis, dont certains sont encore habités. Bien qu’en haute saison il puisse se transformer en marée de touristes, il vaut la peine de passer un après-midi, de traverser les vues panoramiques et de visiter quelques trullos originaux à l’intérieur. Si le budget le permet, il existe de nombreux trullis qui fonctionnent comme des hôtels entièrement rénovés. Sinon, vous pouvez toujours trouver un trullo sans propriétaire où vous pouvez camper.

4- Danser (ou faire comme si) une pizzica

sensuelle, joyeuse et irrésistible. La pizzica est la musique typique du sud des Pouilles (Salento), dont l’instrument principal est le tambourin. Bien que dans ses origines la danse ait servi à vénérer la déesse Dionisia, avec le temps la danse a commencé à être associée à la taranta et la tradition populaire l’a nommée comme le seul antidote contre la morsure des tarantules. Bien qu’il n’existe aucune preuve fiable de l’existence de tels arachnides dans le sud de l’Italie, les gens (surtout les femmes) utilisaient les piqûres comme prétexte pour danser librement et s’exprimer avec le corps sans être censurés. Aujourd’hui, la pizzica est une danse folklorique que l’on danse à deux, et il y a des festivals tout autour du Salento. Entre les paroles (qui sont en dialecte et qui sont belles) et le rythme joyeux, je n’ai pas pu me contenir et j’ai sauté au milieu de la place Uggiano La Chiesa. Personne ne pensait que c’était important, et je n’étais pas le seul non plus. Si vous voulez aller à une fête de la pizzica, sur ce site vous pouvez voir tout le calendrier.

5- Nager dans les grottes (et atteindre le taco de la bota)

L’itinéraire qui accompagne le littoral des Pouilles peut prendre des dimensions complètement différentes si, au lieu de seulement voyager par terre, vous aussi voyager par mer. pourquoi ? Parce que c’est la seule façon de découvrir les dizaines de cavernes qui s’ouvrent le long de toute la côte. Un tour depuis Torre Vado coûte environ 25 euros, mais nous avons eu de la chance : la fille du propriétaire faisait de l’auto-stop en cachette, et quand nous lui avons parlé de notre voyage, elle nous a fait passer pour des amis de la faculté, et nous sommes partis sur une vague. Bien qu’à ce moment-là j’étais tout aussi heureux que je suis heureux de toutes choses gratuitement, alors j’ai compris que j’aurais manqué un spectacle génial.

6- Se perdre dans un champ d’oliviers (ou prendre SP292)

L’atlas Michellin que nous avons parcouru en Italie était si détaillé qu’il nous était parfois difficile de nous repérer : Il y avait toutes les routes, les rutitas et les routes, et bien que nous savions bien quelles coordonnées nous devions prendre, il y en avait une qui avait attiré notre attention dès le premier jour : strada provinciale n° 292. La ligne droite parfaite reliait les champs aux champs et semblait ne mener nulle part. C’était l’invitation, et quand on nous a laissés seuls à l’intersection, la magie a été faite. C’était vrai, il n’y avait personne, et nous avons donc commencé à nous promener parmi les oliveraies, les masseries (quelques constructions crues du trullis mais plus cohérentes qui servaient aussi de dépôt), les mûres sauvages et quelques figuiers. Nous avons marché 5 kilomètres pour le seul plaisir de marcher, de sentir le pouls de cette Italie rurale qui luttait encore contre l’extinction. Nous aurions monté la tente sans problème, si ce n’était pas parce que la seule voiture que nous avons vue passer tout l’après-midi nous a proposé de nous emmener à un festival de cinéma, et nous sommes partis.

7- Boire du vin noir à Ostuni

Juan a une histoire unique impliquant le vin, la mafia et un couteau, mais bien que je me suis aussi bien amusé à dîner avec la mafia, pour moi rien ne vaut les rues blanches polies de Ostuni, ville où la péninsule salentine folklorique commence. Les bars chics se mêlent aux quartiers de vêtements allongés sur la fenêtre et n’importe quel endroit est bon pour s’asseoir avec un verre du vin le plus riche que j’ai goûté en Italie pour voir le coucher du soleil.

8- Eat orechiette

Eh bien, oui, je sais que dans chaque poste en Italie j’ai parlé de nourriture, mais que voulez-vous, si mes veines courent l’amour du bâton à pétrir et des glucides bien mérité ? Les Pouilles sont l’endroit idéal pour manger (j’ai dit la même chose de Bologne, et je le tiens, parce que ce sont des saveurs différentes). L’orecchiette (qui signifie petites oreilles) est une pâte très semblable à nos nouilles à chapeau mais plus grande, qui est beaucoup mangée dans chaque maison italienne. À tel point que les pâtes sont vendues non seulement sur les marchés, mais aussi dans les épiceries et même dans les stations-service. Il y a des orecchiettes partout et elles sont si, mais si riches, qu’un seul plat ne suffit pas.

9- Baroque fou de Lecce

Peu importe combien d’églises vous avez vu en Italie, rien ne se compare à la Basícila di Santa Croce. Moutons, dodos, gremlins, dragons et une surcharge d’éléments fantastiques font de cette façade la plus controversée d’Italie. C’est l’aimer ou la détester. Au XIIIe siècle, le voyageur Thomas Ashe la décrit comme l’une des plus belles du pays, tandis que le marquis Garimaldi l’enterre catégoriquement : « C’est le cauchemar d’un fou. Bien qu’une partie de la façade ait été restaurée (d’où le manque de bonnes photos), je pense qu’ils ont tous les deux un peu raison. Il y a quelque chose de merveilleux dans l’accumulation des détails, mais aussi de troublant dans certaines scènes. Je reste avec amour : peut-être que l’architecte qui a conçu cette façade a fumé, ou fou, ou qui sait sous les effets de quelle dépression, mais disons qu’un peu de fantaisie est bien de changer de temps en temps. Se tenir sous l’entrée est une expérience inadaptée pour ceux qui souffrent de vertiges : la façade et toutes ses sculptures semblent se superposer. Quoi qu’il en soit, l’expérience en vaut la peine et un moment devant la façade est le seul moyen de savoir de quel côté est votre goût.

10- Prendre le train FSE

Italie me fait parfois sentir un peu nostalgique. Bien que le pays soit un hymne à l’histoire, tout est si bien entretenu, si bien organisé, si bien organisé, si bien que je ne peux m’empêcher de vouloir savoir ce que cela aura été en temps de crise, en période de crise et de pays rural. C’est pourquoi lorsque quelqu’un nous dit qu’il y a un train dont la barrière est encore levée à la main et que son agent de billetterie vit toujours à la gare, nous avons décidé de laisser de côté le credo de l’auto-stoppeur et de prendre le train monovagon. La ligne Ferrovía del Sudest relie les quatre provinces des Pouilles et constitue, après la ligne nationale, le plus grand réseau ferroviaire d’Italie. Il a des voitures modernes, mais pas sur la branche de Miggiano à Coriggiano. Si vous avez le temps et l’envie d’un voyage différent, pour quelques euros, vous pouvez vous asseoir dans la gare, voir comment le monsieur tourne la poignée et attendre que le train passe.

Noter cet article