Si vous cherchez des conseils pour voyager au Guatemala, des informations pratiques, des routes terrestres, des prix, des attractions et quelques opinions personnelles, vous êtes au bon endroit. Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de voyager par voie terrestre du Mexique au Panama. Et même si j’ai rempli le blog d’histoires et d’anecdotes, j’ai quand même besoin de la partie pratique. J’ai décidé de commencer par le Guatemala parce que, en perspective, c’est l’un des pays que j’aime le plus. Petit, coloré et très intense, c’est comme ça que je m’en souviens. Un pays de villes coloniales, de cultures ancestrales et de volcans furieux, mais aussi le pays où vivent le plus grand nombre de peuples autochtones de toute l’Amérique centrale. Ruines, lacs de charme et marchés aux mille textures, ce pays a de quoi satisfaire tout le monde. Tiens, un petit guide.

Comment arriver au Guatemala

Par route, si le Guatemala fait partie d’un voyage plus large, que ce soit depuis le Mexique, le Belize, le Honduras ou El Salvador.

Frontières guatémaltèques

Les possibilités sont nombreuses et, à moins de se déplacer, il est impossible de les connaître toutes. Je suis arrivé au Guatemala en provenance du Belize et je suis passé par le Honduras, donc je n’ai pas eu l’expérience de traverser le Mexique ou le Salvador. Cependant, je copie ici les informations que j’ai trouvées à ce sujet. Si quelqu’un veut ajouter quelque chose, commenter.

Border Guatemala ? Mexique

Les plus fréquentés sont ceux de Ciudad Hidalgo ? Tecun Umán et Comitán et Huehuetenango. La Route Panaméricaine passe par cette dernière.

Les frontière du Guatemala

Il n’y a qu’une frontière entre Melchor de Mencos et Benque Viejo del Carmen. C’est la frontière que j’ai franchie, et elle m’a semblé assez calme. Pour les voyageurs à pied, il y a des combis quotidiens au départ de Belize City vers Flores. Certains font la section directe et d’autres changent à la frontière, mais toujours avec le même passage. Attention : sur le pont, ils veulent parfois percevoir une taxe, ce qui n’est pas obligatoire. Je ne savais pas, et j’ai payé pour ça, mais ce n’est pas nécessaire. (Si vous avez des questions, demandez un reçu).

Attention : En entrant au Guatemala par le Mexique ou le Belize, les migrations vous donnent un visa de 90 jours pour être dans la zone CA4, composée du Guatemala, El Salvador, Honduras et Nicaragua. Si vous faites un long voyage, calculez bien le temps car les 90 jours sont valables pour les 4 pays (pas pour chacun). Et l’œil : ils sont 90 jours d’affilée, pas 3 mois civils.

La Frontière du Guatemala avec le Salvador

Il y a quatre points de passage frontaliers, mais le plus souvent utilisé est Frotera ? San Cristóbal, qui est celui qui traverse la Panamericana.

La Frontière du Guatemala avec le Honduras

Il y en a trois. J’ai traversé El Florido, qui est celui qui rejoint Chiquimula au Guatemala avec Copán, au Honduras. (Si l’idée est d’aller juste pour la journée, vous pouvez demander un permis pour 72 heures, sans avoir à payer quoi que ce soit, mais il est nécessaire de rentrer au Guatemala par la même frontière).

Quel est le meilleur moment pour voyager au Guatemala

Pour paraphraser une réponse très spontanée que j’ai donnée dans une conférence, je pourrais dire : « Va quand tu es là », car bien sûr, lorsque vous planifiez un long voyage, vous entrez dans un pays dès que vous atteignez la frontière. Mais si ce n’est pas le cas, le Guatemala, comme toutes les destinations, a des périodes de l’année qui sont plus pratiques à visiter que les autres (bien que toute l’année soit une bonne occasion). Le meilleur moment pour se rendre au Guatemala est la saison sèche, qui s’étend de novembre à avril, et c’est le moment le plus propice pour visiter les zones tropicales, sans subir les pluies ou les inondations de moustiques.

Visas

Argentins, comme la plupart des pays hispanophones, n’ont pas besoin de visa pour voyager au Guatemala. Vous n’avez besoin que d’un passeport valide pour au moins six mois et dont les deux dernières pages sont vierges. Dans ce lien, vous pouvez vérifier les nationalités qui ont besoin d’un visa (parce que c’est quelque chose qui a tendance à changer avec le temps). Dans ce cas, le coût est de U$D 25.

Assurance médicale

Bien que l’assurance médicale ne soit pas obligatoire pour entrer au pays, il est fortement recommandé car la santé publique est très simple. N’oubliez pas que le Guatemala est une zone de dengue. Ici, vous pouvez trouver des options pour tous les prix (oui, les routards aussi).

Vaccins pour voyager au Guatemala

Bien que non obligatoire aux frontières, par règlement il est obligatoire de présenter un certificat international de vaccination contre la fièvre jaune (si vous ne savez où le donner, dans mon guide pratique pour faire un voyage sont les adresses). Par recommandation, il est également pratique de se faire vacciner contre l’hépatite A et B, le tétanos et la fièvre typhoïde, bien qu’ils ne soient pas obligatoires.

argent

La monnaie officielle du Guatemala est le Quetzal. Et la valeur d’échange est de 7,2 Qtz = 1 U$D Vous pouvez changer de l’argent aux frontières (bien qu’il faille faire attention car cela peut être un peu salissant et les changeurs sont très rapides pour les comptes, et pour nous faire tourner la tête aussi). Dans les principales villes, il y a aussi des maisons d’échange, et elles ont tendance à être plus avantageuses que celles de l’aéroport. Pour retirer de l’argent du caissier, il existe différentes banques qui opèrent au niveau international. Pour mes lecteurs argentins, rappelez-vous que pour retirer de l’étranger, vous devez avoir des dollars américains déposés dans le compte. Les caisses d’épargne de Santander Rio sont bimonétaires.

Pour lire l’histoire complète de notre voyage de 18 mois à travers l’Amérique du Sud, j’ai reçu notre livre Caminos Invisibles ? 36,000 km par doigt de l’Antarctique à la Guyana. Il contient des informations et des inspirations pour parcourir le continent, des routes inca de Bolivie aux plages des Caraïbes ! Il n’est pas en librairie : vous pouvez le commander sur notre Virtual Store et le recevoir par la poste dans le monde entier, nous apprécions chaque demande !

Cost of living

En fonction de chaque voyageur et du type de voyage que vous souhaitez faire, je copie ici quelques index qui peuvent servir à avoir une idée. C’est un blog de routards et je voyage toujours avec un petit budget, donc mes recommandations sont orientées vers cela. Si l’idée est de rendre le voyage plus confortable, pensez qu’il y a toujours des options plus chères.

Pour manger bon marché et riche, dans presque chaque ville il y a des marchés. Un menu typique peut coûter entre U$D 2 et U$D 4, et vient toujours avec une boisson et beaucoup de tortillas. Une chambre partagée dans une auberge coûte en moyenne 8 $ par nuit. Beaucoup d’hébergements (surtout en dehors d’Antigua) ont la possibilité de dormir dans des hamacs, ce qui est toujours un peu moins cher.

Transport au Guatemala

Au moment du voyage, je ne faisais toujours pas d’auto-stop. (Bien que curieusement, c’était dans ce pays la première fois que j’ai osé le faire !) Tout ce que j’ai fait, c’est de rejoindre les villes en bus.

Au Guatemala, il existe essentiellement deux types de véhicules. Les bus à poulets, qui sont utilisés par la population locale, et les navettes, qui sont les fourgonnettes conditionnées pour le tourisme. L’avantage des premiers est qu’ils ont tendance à être considérablement moins chers, tout en étant 100% authentiques. Ce sont ceux que je recommande pour de courtes durées : aucun voyage au Guatemala n’est complet sans avoir fait l’expérience de la secousse, de l’accumulation et de la coexistence au sein d’un de ces collectifs. L’inconvénient est qu’ils sont assez inconfortables, sortent « une fois remplis » et ne se connectent pas à de grandes distances. Faire un long voyage dans ce type de véhicule peut être une torture de connexions, de temps d’attente et de dos abusés. Dans ces cas-là, il vaut mieux payer un peu plus cher (sur les longs trajets, ce n’est pas très différent) et prendre une navette. Ma recommandation pour ce cas est GuateGo, un portail qui vous permet de réserver et d’acheter des transferts dans tout le pays (y compris la comparaison des prix et des horaires entre les différentes entreprises).

Pour se déplacer dans les villes, les ?tuc-tuc ? sont la solution la meilleur marché. Dans ceux où ils n’existent pas, les meilleurs sont les taxis mais doivent toujours négocier le prix avant de monter à bord.

Passagers dans les véhicules

(pour cette section, les conseils de mes amis de Kombi Rutera m’ont beaucoup aidé)

Le carburant se mesure en gallons (1 gallon = 3,785 litres). Le Guatemala est le pays du CA4 où le transport du naphte coûte le plus cher (4,5 dollars le gallon en moyenne). La bonne nouvelle est qu’il n’y a pas de péage et que l’assurance automobile n’est pas obligatoire.

Hébergement au Guatemala

Une des questions les plus fréquemment posées a trait au logement. J’ai l’expérience de passer la nuit dans les deux endroits, et sans aucun doute je vais rester avec Antigua. Bien qu’il soit beaucoup plus petit, c’est l’endroit clé pour tout voyageur : les excursions partent de là, les écoles d’espagnol y sont également basées et il est beaucoup plus facile de se déplacer à Antigua qu’à Guatemala City. Et, bien que les grandes chaînes préfèrent la capitale, à Antigua, il existe des hôtels pour tous les goûts.

Si ce qu’ils veulent est plus confortable qu’un hôtel, mais avec intimité, AirBnB peut constituer une bonne option. Semblable à CouchSurfing mais payante, cette plateforme vous permet de louer des maisons, des appartements ou des chambres dans des maisons familiales pour un bon prix. Si vous cliquez sur le lien ci-dessus, vous aurez une remise de 22U$D sur la première réservation.

Que voir et faire au Guatemala

Le Guatemala est un grand pays avec beaucoup de diversité. Voici une brève liste de ce que je considère comme un must (bien qu’il y ait probablement beaucoup plus d’endroits !).)

Tikal

Une des ruines mayas les plus frappantes, non seulement à cause de son environnement (elle est plongée dans la jungle, entourée d’oiseaux et de singes, et un silence merveilleux), mais aussi parce que beaucoup est encore excavé, ce qui l’a empêchée de devenir une attraction majeure, comme les autres ruines. Tikal se trouve dans le nord du pays, et est visité depuis la ville de Flores. Si vous voyagez dans votre propre véhicule (ou au moins avec une tente), il y a un terrain de camping dans le parc. Je suis resté à Flores, mais j’ai acheté un billet pour aller vers cinq heures du matin, pour voir le lever du soleil. Bien que cela demande un paiement supplémentaire, c’est le meilleur moment : il n’y a pas beaucoup de monde et le spectacle en vaut la peine. Sinon, le billet régulier coûte U$D 20 et est valable de 6h à 18h.

Semuc Champey et Cuevas de Lanquín

Le premier je ne suis pas allé (et je le regrette trop, regarde les photos pas plus et vous comprendrez pourquoi). Je suis allé à Lanquín, et même si c’est moins choquant que Semuc, j’ai adoré. Non seulement à cause de la couleur de l’eau (qui mérite de rester quelques jours juste pour nager) mais parce que l’environnement est très calme. Dans mon cas particulier, je suis resté à Lanquín, au pied des montagnes. Ces endroits peuvent être atteints de Flores, Antigua Guatemala, le lac Atitlán ou Guatemala City par navette. Une autre option est de se rendre à Cobán en bus régulier et de là acheter une navette pour Lanquín. Toutes les combinaisons peuvent être trouvées dans GuateGO, dans le lien ci-dessus.

Antigua

Sans doute, une des destinations les plus populaires au Guatemala (et a avec quoi). Bien que je ne sois pas tombé amoureux à première vue, je reconnais que c’est une belle ville où il fait bon se promener, avec ses rues pavées, son architecture coloniale et tout le mouvement culturel qui se développe sur ses places. C’est l’endroit idéal pour faire la base, car il a toutes les installations (d’ici partent toutes les excursions pour visiter les volcans). Quand j’y suis allé, il était encore possible d’escalader le Pacaya. C’était une expérience incroyable, mais dangereuse aussi. D’après ce que j’ai compris, cette excursion est fermée, bien que je ne sache pas si c’est quelque chose de temporaire ou de définitif. Découvrez-le. Si possible, je vous recommande de faire preuve de prudence, mais faites-le. Pas de prix.

Janvier 2018 Mise à jour : la visite est disponible, et il y a plusieurs options (beaucoup plus sophistiquées que dans mes souvenirs). De la fabrication de volcans +termas à l’équitation en passant par l’équitation.

Madness : pouvoir marcher si près de la lave. À l’époque, cela me paraissait un peu inconscient, et j’essayais de ne pas m’approcher trop près. Il m’a fasciné.

Chichicastenango

C’est un des plus grands marchés à ciel ouvert du monde, et un monopole sur la couleur. C’est difficile de savoir où regarder en premier, quand tout autour de vous ressemble à une fête. J’ai adoré, c’est tout. Pour y aller, il faut garder à l’esprit que le marché n’ouvre que le jeudi et le dimanche, et que l’heure centrale est le matin. Il peut être fait dans un tour, bien que vous pouvez aller dans un bus de poulet d’une manière beaucoup moins chère.

Lago Atitlán

Sans doute, un des plus beaux endroits au Guatemala. Ce lac d’origine volcanique est entouré de communautés très différentes. Pour s’y rendre, il y a de nombreux bus qui partent d’Antigua vers Panajachel, la plus grande ville sur les rives du lac. De là, les bateaux partent pour les différents villages. Il est très important de savoir quel type de visite nous voulons faire, afin de pouvoir choisir laquelle des communautés à visiter. Voici une liste très générale :

Panajachel :

C’est la porte d’entrée. Il est très bien préparé pour le tourisme et il y a des options pour toutes les poches. Cependant (et c’est une appréciation personnelle), elle est trop urbaine par rapport aux autres villages.

San Pedro la Laguna :

Elle est la plus populaire parmi les randonneurs. Beaucoup d’auberges, beaucoup de fêtes. Ce n’est pas mon style, mais ça peut être une bonne alternative pour quelqu’un qui voyage seul ou qui cherche à s’amuser.

S an Marcos la Laguna :

Je reste ici et je l’adore. Bien qu’elle soit aussi une destination populaire parmi les voyageurs, San Marcos est beaucoup plus détendue et son atmosphère est plus orientée vers la méditation et le contact avec la nature que vers la fête de la pleine lune. C’est définitivement un endroit pour rester et se détendre.

Santa Catarina de Palopó et San Antonio de Palopó :

Très près de Panajachel, ces deux villages conservent les traditions mayas, vous pouvez donc apprécier non seulement leurs vêtements colorés mais également leur artisanat et leur marché. Bien que l’infrastructure soit très rudimentaire, c’est un endroit intéressant pour se promener et se plonger dans la culture locale.

Autres données utiles :

La plupart des connexions sont établies depuis Guatemala City, il est mieux de rester à Antigua. Un bus entre les deux villes coûte 10 Qtz. et dure environ une heure. Partez à l’aventure : ces voyages sont incroyables.

U$D 20 est le prix d’entrée au parc national Tikal. pour les étrangers. Si vous voulez partir avant 8 heures du matin pour voir le lever du soleil, vous devez payer un plus.

Si vous partez avec peu de temps, la plupart de ces excursions peuvent être louées à Antigua.

La chose la plus probable est que les plus belles expériences du voyage, à la fin, ne concernent en aucun cas votre guide (ou autre). Voyager, c’est apprendre, découvrir, changer. Et pour cela, vous devez sortir du scénario, éliminer les attentes. Chaque voyage est personnel et unique. Il n’y a pas de voyages meilleurs ou pires que les autres. J’ère que cette liste de données vous aidera à planifier la vôtre, que vous apprécierez la visite et qu’à votre retour, vous me direz. Atitlán Lanquín chichicastenango marché Semuc Champey Tikal voyage au Guatemala Volcan Pacaya