J’ai du mal à me souvenir des images que mon esprit avait faites, et que j’avais arbitrairement assignées au Soudan avant d’y mettre les pieds. Je soupçonne qu’ils avaient à voir avec le désert, mais je doute d’avoir pu imaginer quoi que ce soit d’autre que des chameaux et des turbans. Peut-être parce que le Soudan a été le pays qui m’a le plus touché pendant mon voyage en Afrique, peut-être parce qu’il m’a surpris par ses couleurs, son hospitalité et son peuple ou peut-être parce que nous n’avons pas rencontré un seul voyageur en plus de 35 jours de voyage, ai-je décidé de faire cette liste. Les encourager, les encourager à voir que l’émerveillement de ce pays est inversement proportionnel aux nouvelles et aux préjugés qui l’appellent, à tomber amoureux et à savoir qu’il y a quelque chose au-delà de l’Egypte, et que s’ils osent passer la frontière, ils ne le regretteront pas. Voici ma liste de recommandations. Dans cette liste de choses à voir au Soudan, cinq destinations à ne pas manquer :

1. villages nubiens

Où :

Au nord du pays. Si vous voyagez en transport privé et que vous ne savez pas où descendre, vous risquez de le rater. Les villages d’Akasha à Kerma sont situés à l’intérieur des terres, entre la route reliant Wadi Halfa à Dongola et le Nil lui-même.

Pourquoi :

Peu connaissent, mais l’Égypte n’est pas le seul pays où l’on trouve les pyramides. Le Soudan a aussi le sien, et bien qu’ils soient beaucoup plus petits que ceux du pays du nord, ils sont aussi beaucoup plus nombreux : environ 200, pour être exact. Capitale du royaume de Koush, Méroé fut gouvernée par des rois nubiens qui, comme les Egyptiens, firent construire leurs chambres funéraires en forme de pyramide.

Des bases plus petites et des formes plus irrégulières, ces pyramides ont plus de 4600 ans, et sont restées intactes jusqu’en 1880, lorsque l’explorateur italien Giuseppe Ferlini détruit les extrémités en quête de métal. Il a eu tellement de chance qu’il a trouvé ce qu’il cherchait dès le premier essai, au cas où il aurait décapité tous ceux qu’il trouvait sur son chemin. Bien que plusieurs d’entre eux aient été restaurés, beaucoup le sont encore. Et apparemment, ni le patrimoine archéologique, ni le tourisme, ni l’histoire au-delà du Coran ne sont une priorité pour le gouvernement de ce pays.

Comment :

Si vous vous déplacez dans un véhicule privé, cette visite ne constitue pas un problème. Jebel Barkal est accessible à pied ou en voiture depuis le centre de Karima en quelques minutes. Les pyramides se trouvent juste à l’extérieur de la ville, si vous voyagez vers la capitale. Ne cherchez pas une boîte à billets ou quelque chose comme ça parce qu’il n’y en a pas. Ne soyez pas surpris non plus s’ils sont les seuls autour.

Pour les voyageurs indépendants. Méroé est un peu plus compliqué parce qu’il est au milieu de nulle part. Deux options s’offrent à vous : soit vous y prenez un bus (oubliez les excursions, au Soudan le tourisme est moins qu’embryonnaire), soit vous voyagez en auto-stop. Tout le monde sait où ils sont, et vous n’aurez aucun mal à y arriver, mais gardez une chose à l’esprit : le soleil est un tueur. Cette région est au milieu du désert et les risques de déshydratation sont très élevés.

Cela peut paraître évident, mais je le répète : portez un écran solaire, des chapeaux, des lunettes de soleil et beaucoup d’eau. Au Soudan, vous découvrirez une magnifique invention appelée fuket : pots d’argile publics remplis d’eau qui reste fraîche et gratuite pour tous. Bien sûr, l’eau n’est pas potable à 100 %, et bien sûr pas assez pour être exquise. C’est pourquoi, plus que jamais, je recommande de porter un filtre portable. En avoir un nous a sauvé, parce que dans n’importe quel fuket , robinet ou giclée nous avons rempli nos thermoses, très sûr que l’eau n’allait pas nous rendre malades. LifeStraw dispose de filtres portables conçus pour les voyageurs et envoyés dans le monde entier (en plus de cela, une partie des bénéfices sert à résoudre le problème de l’eau potable en Afrique). Notre LifeStrawGo est un LifeStrawGo et il fonctionne très bien.

Meroe est un peu plus touristique, et c’est clôturé et il y a une boîte à billets, mais les prix sont très bas. Il y a aussi un camping à proximité, moins bon marché, où vous pouvez dormir avec plus de confort occidental.

Marché aux chameaux d’Omdurman

Où :C’est la question à un million de dollars. Omdurman est à côté de Khartoum, mais le marché aux chameaux est bien au-delà et il nous a fallu une demi-matinée pour le trouver. Bien que tout le monde sache où elle se trouve, cette information semble pratiquement impossible à unir au désir de deux touristes de s’y rendre. En créole : personne n’a l’idée que ce que vous voulez faire, c’est visiter le marché aux chameaux (ne montez pas à dos de chameau, ne mangez pas de viande de chameau et n’achetez pas de cartes postales), donc demander des indications aux habitants est une petite histoire. Attention, alors. Voici l’explication. Cela semble compliqué, mais à mesure qu’ils se rapprochent, ils ont de meilleures chances que les gens comprennent où ils vont. Encore une fois, apportez beaucoup d’eau.  Voici une carte de référence.

Pourquoi :

Parce que c’est unique. Parce que la vente de chameaux est encore un facteur traditionnel des nomades du Sahara, parce que bien que la propriété soit pleine de fourgonnettes 4 x 4 dernier modèle, beaucoup de ces marchands apportent leurs caravanes à pied du Darfour, dans les traversées qui ces dernières semaines, parce que les hommes sont les plus gentils bien que ce ne soit pas un lieu touristique (ou peut-être c’est la raison), car ils pourront prendre des photos au troche et moche de ce qui est réel, comme c’est arrivé maintenant.

(Voici l’étape par étape)

  1. Si vous êtes à Khartoum, la première chose que vous devez faire est d’atteindre Al Araby, qui est un parking géant rempli de busetas partant pour toutes parts. Un peu comme un terminal, mais sans l’infrastructure d’un terminal. Un bus pour s’y rendre coûte 1 SDG par personne (SDG = Sudanese pund / 1 U$D = 12 SDG).
  2. Depuis Al Araby ils doivent prendre un bus pour Omdurman. Ils vont les laisser dans le souk (marché central). Le prix est de 3 SDG par personne. Si vous avez le temps, le souk vaut le détour. A quelques pâtés de maisons du souk, vous devez prendre un bus pour Souk Libye, qui est un autre marché à 7 km du centre d’Omdurman. Demandez à Souk Libya un bus sans mentionner le mot chameaux et tout le monde saura comment vous guider. Ce bus coûte 3 SDG. C’est un long voyage en dehors de la banlieue d’Omdurman, et ça devient intéressant. Si vous n’avez pas assez soif et avez besoin de quelque chose de frais, il y a des vendeurs de limonade et de jus naturel partout, et ils sont très bon marché.
  3. De Souk Libya vous devez marcher quelques rues et prendre un bus pour Moelih, qui est le marché lui-même. Le billet vaut 3 ou 4 SGD. Ils sauront qu’ils ont pris le bon autobus lorsqu’ils ont quitté la route asphaltée pour se retrouver sur des routes de terre poussiéreuses et non marquées. Tout le monde descend là, et quand vous le faites, vous ne le croirez pas : le marché est fantastique.

Rappelez-vous le chemin bien parce que c’est le même que vous allez devoir faire pour revenir, même si le retour est beaucoup plus simple. Gardez à l’esprit, en plus de la chaleur, que c’est un endroit très poussiéreux. Si vous avez des caméras, protégez-les bien. Bien que la chaleur soit infernale, le Soudan est un pays régi par la charia : les filles n’ont pas besoin de se couvrir la tête mais le cou et les épaules.

4. Suakín

Où :

Dans la Mer Rouge, au nord du pays, pratiquement à la frontière avec l’Egypte.

Pourquoi :

Bien qu’il reste peu de traces de son époque de splendeur, Suakin sait être le principal port export pour esclaves en Arabie et un trampoline pour pèlerins vers La Mecque, au temps du Soudan qui était l’empire ottoman et de l’Egypte sous mandat. Mais soyons honnêtes, l’importance historique conquiert peu à moins que l’esthétique accompagne, et Suakín a une apparence unique.

Tout son centre historique, remontant au SXIX, est construit en pierre corallienne. La partie la plus importante est en cours de restauration par le gouvernement turc, qui vise à lui redonner son aspect d’origine. Bien que les travaux soient précieux, et quand ils seront terminés, ils auront atteint leur objectif, le plus intéressant, à mon avis, c’est qu’ils sont à l’extérieur, à moitié démolis, à moitié utilisés, et qu’ils rendent compte du temps qui passe. En se promenant dans Suakín, on peut voir des paysages comme ceux-ci :

Comment :

Depuis Atbara ou même depuis Khartoum peut être atteint en bus. Nous voyageons en auto-stop sans problème. Il faut cependant garder à l’esprit que le nord est une zone de tension, même si elle n’est pas perçue dans l’environnement, et que les contrôles de police sont plus insistants que jamais. Donc :

a) S’ils n’ont pas le fameux permis, ils ne les laisseront pas passer. Apportez beaucoup de photocopies, un très bon sourire et la certitude que vous en savez plus sur cette bureaucratie que la police elle-même. Cela semble superbe, mais ce que je veux dire, c’est que beaucoup d’officiers n’ont jamais vu un étranger et voudront à tout prix se couvrir le dos. Respectez les règles : la sécurité et le calme sont la clé de tout désagrément.

b) Jusqu’à ce que la restauration turque soit terminée, il n’y a pas trop d’infrastructures hôtelières à Suakín. Oui, il y a beaucoup de lokandas, qui sont les plus bas de l’échelle d’hébergement, destinés principalement aux personnes qui utilisent encore ce point pour voyager à La Mecque. Beaucoup n’acceptent pas les femmes, et celles qui acceptent, demanderont un prix énorme pour une chambre sale et puante. Après une longue marche, nous arrivons au dernier lokanda avant la route qui mène à la partie touristique. Il n’était ni plus confortable ni plus propre que les précédents, mais le prix était de 50 SDG pour les deux. Jusqu’ici tout va bien jusqu’à ce que la réceptionniste veuille garder nos passeports, pour ce même facteur d’ignorance dont je vous ai parlé tout à l’heure. On ne lui a pas donné, on lui a laissé une copie du permis et on a couché avec le type qui grognait derrière la porte. Pourquoi je te dis ça ? Parce qu’il n’est pas encore très clair si à Suakín on peut dormir ou non en tant qu’étranger. Un de nos guides dit non, l’autre dit oui, et nous l’avons fait. Si c’est à votre tour de passer la nuit, il est préférable de vous présenter volontairement au poste de police (il était tôt le matin lorsque nous sommes arrivés) et de vous inscrire volontairement. Apportez également des copies du passeport, mais ne laissez pas vos documents originaux à qui que ce soit, ni à la police, ni à la réceptionniste, ni au coffre-fort qui apparaît. Un sac de couchage est plus que recommandé.

Où :

Au fond du monde Soudanais. Loin de tout, là-haut, là-haut, là où le désert n’arrive pas et où il y a une petite brise qui, après des semaines de chaleur qui se tue à Khartoum, sera reconnaissante.

Pourquoi :

Parce que la mer existe ! Je ne pense pas avoir jamais autant apprécié la brise fraîche dans ma vie qu’après plus d’un mois de voyage dans le désert. Port Soudan est une ville qui n’a pas grand-chose à voir avec le reste du Soudan, et bien qu’elle soit très éloignée, c’est l’endroit idéal pour de petites vacances, surtout si vous faites un long voyage comme nous. Beaucoup plus propre, plus détendue, plus cosmopolite que les autres, et avec une vie en plein air comme peu d’autres, ça vaut le coup.

En soi, la ville n’a pas de plage, mais il y a quelques endroits à quelques kilomètres où vous pouvez profiter de la mer. De plus, le front de mer d’où l’on peut voir le port est plein de tables où tous les après-midi les hommes jouent aux dominos, il y a des bars qui offrent de la nourriture et une foire artisanale plutôt curieuse (en plus de la glace, des pizzas et des hamburgers, qui après tant de nourriture locale, sont manqués).

D’autre part, si on a une certification PADI, Port Sudan est l’une des meilleures destinations pour la plongée avec une excellente visibilité et toutes la richesse maritime du coin. L’inconvénient est que les voyagistes ont une responsabilité douteuse. S’ils n’ont pas d’expérience, c’est déconseillé. Et s’ils ont leur propre équipe (ce qui est ridicule parce que qui va arriver ici avec tout ce qu’il faut) c’est beaucoup mieux. On a essayé le snorkeling et c’était un fiasco. Il faut aller loin et le prix des bateaux, à moins d’aller en groupe, est élevé.

Comment :

Par bus, depuis Khartoum, ou avec les doigts. Les bureaucraties dont j’ai parlé plus haut s’appliquent aussi.

Il y a plusieurs hôtels près de la corniche ou du front de mer. Les prix sont discutables, mais autour de 15 U$D la chambre double avec TV et salle de bain privée. Il y a aussi une auberge de jeunesse que nous n’avons jamais pu trouver.

Pour aller à la mer il y a deux options. L’un d’eux est le Red Sea Resort, qui est ce que tout le monde va recommander. Cela vaut la peine de passer la journée à 10 SDG, et c’est à 50 km au nord de Port Soudan. Il n’y a pas de transports en commun. L’auto-stop est une naissance, et ça n’en vaut pas la peine. Ne vous laissez pas berner par le mot « resort », qui a été utilisé par le propriétaire pour attirer plus de visiteurs mais sans aucun critère. Le complexe n’a pas de plage, et pour arriver à la partie plus ou moins belle de la mer, vous devez marcher le long d’une plage boueuse jusqu’à la mer et suivre un chemin de pneus de voiture sous la mer. Imprésentable.

L’autre est « Au kilo », ou kilomètre huit, et c’est la plage locale. Vous n’avez rien à payer, et bien que la plage elle-même soit assez sale et pleine de cabanes de pêcheurs (une sorte de ranch en toile où ils débarquent), il y a une digue divine où ils peuvent se baigner sans aucun problème. La mer est incroyablement mauvaise. Je ne sais pas ce qui était le plus incroyable pour moi : si la couleur de l’eau ou les gens mouraient de chaleur sur le rivage et que personne n’entrait, avez-vous vu celui de « Dieu vous donne du pain » ? Eh bien, en tout cas. Après avoir vu cela et pensé aux gens entassés à Mar del Plata autour d’une mer brune et glacée, il n’y a pas d’autre conclusion.

Girls, gardez à l’esprit une chose : vous devez vous laver habillé. C’est un doute qui m’a accompagné tout au long du voyage, et comme le marché aux chameaux, pour les gens c’est quelque chose de tellement naturalisé qu’ils n’ont pas compris ma question : quels vêtements dois-je porter pour aller à la mer ? J’ai choisi de porter la maya et à l’étage un muscle lâche et un pantalon sous le genou (que j’ai ensuite roulé). Dès que je suis sorti de la mer, je me suis enveloppé dans une serviette. Ne pensez même pas à rester en maya, encore moins en bikini car ils peuvent aller en prison pour exhibitionnisme. S’il est inconfortable d’être le centre d’attention, peu importe comment vous vous habillez, imaginez montrer vos jambes ?

C’est vrai que le Soudan est un pays qui ne s’intéresse pas au tourisme, et qui ne semble pas avoir su que cette industrie est celle qui déplace le plus d’argent dans le monde. Il semble même qu’il le fasse exprès : les obstacles qu’ils placent pour obtenir le visa, la bureaucratie des permis, le manque d’infrastructures sont plus une invitation à quitter le pays qu’à y rester pour le parcourir. Si je n’y étais pas allée, je croirais peut-être aussi ce qu’ils m’ont dit, que le Soudan était compliqué et que ce n’était pas une bonne idée de voyager en tant que femme. Mais après plus d’un mois d’auto-stop, de sommeil à la maison et sans aucun problème, je peux dire avec certitude que ça en vaut la peine. Cela vaut la bureaucratie, cela vaut le visa, cela vaut l’effort. Le Soudan est beau, les gens se soucient de votre bien-être, il y a une atmosphère généralisée d’accueil envers ceux qui viennent de l’extérieur, de tranquillité, de vouloir partir avec une bonne impression. J’en suis sorti heureux. Et je reviendrais, sans y penser. J’espère que ce poste a fait son travail. J’espère que de plus en plus d’entre nous seront capables de dire : Hé ! je suis allé au Soudan et ça vaut le coup !
Dans peu de temps Je vais télécharger un guide pratique avec toutes les données nécessaires pour voyager au Soudan. En attendant, je vais vous parler un peu des permissions :

1) La première chose dont vous avez besoin est d’obtenir un visa . Il vaut U$D 50 et peut être obtenu au Caire et à Assouan. Au Caire, c’est très difficile parce qu’ils vous demandent une lettre de votre ambassade, et aucune ambassade ne veut vous la donner. A Assouan, c’est très simple : on vous demande 2 photos de passeport, une photocopie de votre passeport, que vous remplissez un formulaire et c’est tout. Vous laissez votre passeport et après 3 jours vous le récupérez avec un visa inclus. On nous a accordé 60 jours. Si vous venez du sud, vous pouvez le faire à Addis-Abeba, ce n’est pas aussi simple qu’à Assouan, mais c’est fait.

2) Après le passeport, la deuxième étape est la enregistrement . Vous avez 3 jours ouvrables pour le faire depuis votre entrée dans le pays, et le meilleur endroit, si vous venez du nord est Wadi ? Halfa. Il y a un énorme poste de police, tout le monde saura comment les repérer. L’inscription coûte 30 U$D, et est payée en monnaie locale. Ils les changent à l’extérieur, mais en théorie, c’est illégal, donc avec discrétion. Ils ont juste mis un autocollant sur ton passeport. De là à Khartoum, pas de problème.

3) La troisième étape est la Permis de voyage et photo ? qui est prise à Khartoum. La procédure est gratuite. Vous devez apporter 1 photo d’identité et une copie de votre passeport (fiche technique, visa et vignette). Il peut être traité à plusieurs endroits, mais le meilleur est le Ministère du Tourisme, parce qu’ils vous le donnent en ce moment. L’emplacement de ce ministère est tout à fait un problème, parce qu’ils ont déménagé plusieurs fois. Au moment de la rédaction de ce guide, le bâtiment se trouvait à Al Mashtal St., entre le 117 St. et Al Gazaar St. Vous allez compléter le permis vous-mêmes et prendre l’original (ce qui est ridicule car cela vous permet de continuer à ajouter des destinations a posteriori) mais au final : soyez aussi précis que possible. Assurez-vous que les timbres sont lisibles et demandez un numéro de téléphone au cas où. Il est toujours bon de l’avoir au moins avant tout inconvénient dans un point de contrôle. Rappelons qu’au Soudan il est interdit de photographier les mendiants, les bases militaires, les ponts et l’union des deux Nils ; les villages nubiens jebel barkal meroe port sudan suakin voyage au Soudan.

Noter cet article